RETRAITE : EMMANUEL MACRON PROMET FINALEMENT DE REVALORISER LES PENSIONS SUR L’INFLATION

Alors que le bruit courait d’une sous-revalorisation des retraites au 1er janvier 2025, Emmanuel Macron a assuré que les pensions seront bien revalorisées au niveau de l’inflation.

Fin du suspense. Lors de sa conférence de presse pour les élections législatives anticipées, ce mercredi 12 juin, le président de la République, Emmanuel Macron, a annoncé que les retraites seront bien augmentées en fonction de l’inflation. «Le pouvoir d’achat des retraités n’est pas une variable d’ajustement», a assuré le locataire de l’Elysée. Pourtant, cette possibilité a plusieurs fois été évoquée comme piste possible d’économies, y compris dans les rangs de la majorité, et notamment par le ministre délégué aux Comptes publics, Thomas Cazenave. L’idée étant d'évoquer la question à l’occasion des discussions sur le budget pour 2025 qui doit être discuté cet automne au Parlement, quel que soit le résultat des élections.

L’équation est simple : en 2025, il faudra faire 20 milliards d’euros d’économies. Or, en 2024, la revalorisation de la retraite de base a coûté 14 milliards d’euros aux caisses de l’Etat. En 2025, l’inflation étant en recul, la hausse des pensions sera donc plus faible, et pourrait tourner autour de 2%, pour un coût de 5,3 milliards d’euros. Envisager une sous-revalorisation d’un point permettrait des économies de l’ordre de 2,6 milliards d’euros, soit plus de 10% des économies totales à réaliser en 2025.

De faibles revalorisations lors du premier mandat

Le chef de l’Etat vient donc de fermer définitivement la porte à cette possibilité. «Les économies ne se feront pas sur le dos des retraités», a-t-il avancé. Un argument qui n’a pas toujours été valable. Lors de son premier mandat, Emmanuel Macron a, à plusieurs reprises, revalorisé les pensions en dessous de l’inflation. Ainsi, en 2019, alors que l’inflation tournait autour de 1,5%, la retraite de base n’avait été augmentée que de 0,3%, une décision qui a entraîné un manque à gagner de plusieurs dizaines d’euros par mois, selon le profil des retraités. Bis repetita un an plus tard, mais avec une autre méthode. Alors que l’inflation était de 1%, les retraités gagnant plus de 2 000 euros par mois ont vu leur pension sous-revalorisée, n’augmentant que de 0,3%. Là encore, le manque à gagner tournait autour de dizaines d’euros par mois. Depuis, les retraites ont bien été revalorisées par rapport à l’inflation, selon les règles fixées par le code de la Sécurité sociale.

2024-06-12T11:17:40Z dg43tfdfdgfd