POINT MARCHÉS-L'EUROPE ATTENDUE DANS LE VERT, LA POLITIQUE MONéTAIRE US DANS TOUTES LES TêTES

*

Le CAC 40 attendu en hausse de 0,24%, le Stoxx 50 de 0,24%

*

La politique monétaire américaine dicte le ton sur les marchés

*

L'incertitude politique en France demeure un risque

PARIS, 10 juillet (Reuters) - Les Bourses européennes sont attendues en hausse à l'ouverture mercredi, soutenue par les dernières déclarations politique monétaire aux États-Unis, bien que l'agenda des données et la situation politique française incitent à la prudence.

Selon les premières indications disponibles, le CAC 40 parisien s’afficherait en hausse de 0,24% à l'ouverture. Les contrats à terme sur le FTSE à Londres suggèrent une avancée à l'ouverture de 0,27%, contre 0,18% pour le Dax à Francfort, et 0,24% pour l'EuroStoxx 50.

Le président de la Réserve fédérale, Jerome Powell, a déclaré mardi devant la commission bancaire de la Chambre des représentants que les États-Unis n'étaient plus une "économie en surchauffe", tout en impliquant que la banque centrale pourrait se préparer à baisser ses taux.

L'allusion n'a pas échappé aux marchés, qui estiment désormais à 70% la probabilité que les taux soient assouplis en septembre, contre 50% seulement estimé précédemment.

"La Fed ne veut pas provoquer de récession si elle peut l'éviter et si les données le permettent, nous nous attendons à ce qu'elle fasse passer sa politique monétaire d'un niveau restrictif à un niveau légèrement moins restrictif à partir de septembre", estiment les analystes d'ING.

Jerome Powell devrait réitérer ses commentaires mercredi devant le Sénat américain à 14h00 GMT.

Les marchés devraient néanmoins rester prudents avant la publication jeudi de l'inflation CPI pour juin, car une surprise à la hausse pourrait éloigner la première baisse de taux.

Jeudi marquera également le début de la publication des résultats du deuxième trimestre outre-Atlantique, les résultats de JPMorgan Chase, Citigroup et Wells Fargo étant attendus vendredi.

L'incertitude politique devrait également faire réagir les indices en Europe, alors que la formation d'un gouvernement apparaît de plus en plus compliqué en France.

LES VALEURS À SUIVRE :

À WALL STREET

La Bourse de New York a fini en ordre dispersé mardi, après les déclarations du président de la Réserve fédérale, Jerome Powell, selon qui les arguments en faveur d'une baisse des taux d'intérêt sont de plus en plus convaincants.

L'indice Dow Jones a cédé 0,1%, ou 52,82 points, à 39.291,97 points. Le S&P-500, plus large, a pris 4,13 points, soit 0,1% à 5.576,98 points. Le Nasdaq Composite a avancé de son côté de 25,553 points, soit 0,1% à 18.429,291 points.

EN ASIE

La Bourse de Tokyo progresse mercredi, soutenue par les financières qui progressent après un indicateur d'inflation en hausse et des achats opportunistes après un début de séance hésitant. L'indice Nikkei bondit de 2,16% à 41.663,03 points, le Topix, plus large, prend 1,1% à 2.899,27 points.

Le secteur des assurances progresse de 3,05%, celui des banques gagne 0,68%, et celui des groupes financiers 0,92%.

Les indices chinois hésitent après un indicateur d'inflation ayant déçu, et qui suggère que l'activité atone pèse sur les prix. Le SSE Composite de Shanghai décline de 0,46%, le CSI 300 de 0,15%.

TAUX

Les rendements américains digèrent les derniers commentaires de Jerome Powell, alors que l'indicateur d'inflation pour juin est attendu jeudi.

Le rendement du Treasury à dix ans recule de 0,002 pb à 4,3017%, tandis que le taux à deux ans cède 0,007 pb à 4,6347%.

CHANGES

Le dollar varie peu malgré les déclarations accommodantes du président de la Fed, et demeure fort face au yen, toujours proche de son plus bas en 38 ans.

En Asie, le yen se replie de 0,14% à 161,53 yens pour un dollar, le dollar australien est stable à 0,6742 dollar.

Le dollar est inchangé face à un panier de devises de référence, tandis que l'euro prend 0,04% à 1,0816 dollar, et la livre sterling se maintient à 1,2787 dollar.

PÉTROLE

Le brut décroît au cours d'une séance volatile, les marchés se positionnant pour des taux élevés jusqu'à septembre, au moins.

Le Brent recule de 0,31% à 84,4 dollars le baril, le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) s'érodant de 0,25% à 81,21 dollars .

PAS D'INDICATEURS ÉCONOMIQUES MAJEURS À L'AGENDA DU 10 JUILLET

(Rédigé par Corentin Chappron, édité par Kate Entringer)

2024-07-10T06:04:02Z dg43tfdfdgfd