LES BANQUES FRANçAISES BOUSCULéES PAR LA NOUVELLE DONNE POLITIQUE

Seulement 17 des 50 banques étudiées ont adopté des objectifs de décarbonation de l'acier, selon Reclaim Finance.
©JamesQube/Pixabay

Les trois banques françaises cotées, BNP Paribas, Société Générale et, dans une moindre mesure, Crédit Agricole SA, subissent à nouveau depuis lundi la défiance des investisseurs, effrayés par l'incertitude politique et la percée du Nouveau Front populaire aux législatives.

En deux jours, l'action BNP Paribas a perdu 4,07%, Société Générale, 3,46%, et Crédit Agricole SA, 1,76%. "L'environnement opérationnel des banques françaises pourrait être mis sous pression si l'incertitude politique persiste au-delà des élections législatives", prédisait la semaine dernière dans une note l'agence Fitch.

C'est bien le cas cette semaine, le second tour des élections législatives convoquées après la dissolution de l'Assemblée nationale ne débouchant sur aucune majorité absolue. Autre épine dans le pied des banquiers, à même de refroidir les investisseurs: le revirement des résultats entre le premier et le second tour, à l'avantage du Nouveau Front populaire (NFP), devant le camp présidentiel et le Rassemblement national (RN).

Un directeur d'une grande banque française jugeait par exemple en juin auprès de l'AFP le programme du NFP "plus grave" économiquement que celui du RN, quand le patron d'un grand gestionnaire d'actifs le qualifiait d'"irresponsable".

Les banques cotées ont déjà mal vécu le mois de juin: Société Générale a perdu près de 20% de sa valeur en Bourse, BNP Paribas, 12% et Crédit Agricole SA, près de 15%. C'est le pire mois depuis mars 2023 pour les deux premières et depuis juin 2022 pour la troisième. 

Activité ralentie

Dans leur activité, les banques subissent aussi depuis plusieurs semaines l'attentisme des agents économiques. La banque en ligne N26 fait ainsi état d'un "encéphalogramme plat" les week-end qui ont suivi la dissolution, avec significativement moins de transactions chez ses clients français.

L'incertitude ambiante n'est pas de nature à relancer le marché du crédit immobilier, au point mort depuis plusieurs mois, et pèse sur le moral des chefs d'entreprises. Le Medef a brandi lundi la menace d'une "crise économique profonde et durable" en cas d'application de plusieurs mesures du Nouveau Front populaire, de quoi affecter la santé économique des entreprises et de leurs créanciers.

Les banques ont aussi à perdre du côté des allocations de leurs clients en matière d'épargne. Une nouvelle donne en matière de fiscalité, notamment pour les plus riches, est à même de bouleverser leurs choix de placements, plus à l'avantage d'acteurs étrangers que domestiques.

Pour le reste de la clientèle, la députée écologiste Sandrine Rousseau estimait par exemple vendredi dernier sur le plateau de RMC qu'il fallait "augmenter la rémunération du Livret A", un coût supplémentaire pour les acteurs bancaires.

Cible de choix

Dans son programme, le NFP, alliance entre autres du PS, de LFI et des Écologistes, arrivé en tête dimanche soir, mais sans majorité, cible directement les banques.

Il annonce vouloir "réglementer la banque et la finance" à plusieurs niveaux: augmentation des réserves, interdiction du financement des énergies fossiles et taxation renforcée des transactions financières. Autant de coins dans l'activité et le potentiel de développement des banques, notamment les non mutualistes.

Il souhaite également s'appuyer sur un pôle public bancaire, aujourd'hui incarné par la Caisse des dépôts et consignations (CDC), la Banque postale (LBP) et Bpifrance, pour accorder des financements à taux préférentiels aux PME et TPE.

Cette mesure est synonyme de concurrence accrue sur ce marché pour les banques installées. La gauche a aussi écrit dans son programme vouloir "plafonner les frais bancaires". Or la banque de détail, qui a vu ses marges déjà réduites depuis plusieurs semestres, vit en partie de ce type de commissions.

L'union de la gauche prévoit également de "généraliser la taxation des superprofits". Avec des bénéfices records ces deux dernières années — 28 milliards d'euros cumulés en 2022 et 30 milliards d'euros en 2023 pour Société Générale, BNP Paribas, Crédit Agricole, BPCE, Crédit Mutuel et la Banque postale —, les banques pourraient logiquement se sentir visées.

Le programme du NFP propose enfin une "taxation renforcée des transactions financières" et veut "soumettre à cotisation" les dividendes et les rachats d'action, dont BNP Paribas et Société Générale sont friandes.

De quoi dissuader encore un peu plus les détenteurs d'actions bancaires de les conserver dans leurs portefeuilles.

Avec AFP.

2024-07-10T08:15:07Z dg43tfdfdgfd