LA FINLANDE SOUPçONNE UN AVION MILITAIRE RUSSE D'AVOIR VIOLé SON ESPACE AéRIEN

Un avion russe serait rentré dans l'espace aérien finlandais lundi matin. Il serait resté environ deux minutes au large de la ville de Loviisa, dans le sud du pays, à une profondeur d'environ 2,5 km à l'intérieur du territoire du pays nordique, selon un communiqué du ministère finlandais de la Défense.

« Nous prenons au sérieux ce soupçon de violation territoriale et une enquête a été ouverte », a déclaré le ministre de la Défense Antti Häkkänen, cité dans le texte.

Les garde-côtes finlandais vont mener l'enquête et communiqueront une fois les investigations terminées, est-il également précisé. D'après le ministère de la Défense de la Finlande, la précédente violation de l'espace aérien finlandais remonte à août 2022, quand deux avions de chasse russes avaient pénétré dans le golfe de Finlande, au large de Porvoo. Le pays était alors en pleine candidature conjointe avec la Suède pour adhérer à l'Otan.

Relations tendues à la frontière

Depuis, la Finlande est devenue membre à part entière de l'Otan, en avril 2023. Et ses relations avec la Russie se sont nettement tendues, émaillées notamment de quelques incidents frontaliers. Le pays a d'ailleurs, par la suite, fermé sa frontière terrestre avec la Russie en décembre 2023, accusant Moscou d'organiser l'arrivée de migrants sans papiers afin de déstabiliser le pays nordique.

Lire aussiLa fulgurante conversion de la Finlande à l'OTAN

Le dernier incident frontalier en date remonte à fin mai, quand la Finlande et la Lituanie ont demandé à Moscou de s'expliquer sur son projet de modifier unilatéralement sa frontière maritime avec les deux pays, après la diffusion d'un projet de résolution du ministère russe de la Défense.

Selon ce projet de décret, Moscou veut étendre ses eaux territoriales. La redéfinition des coordonnées géographiques ferait alors passer des aires finlandaise et lituanienne sous contrôle russe. Ainsi, les frontières de la Russie dans la région occidentale de Kaliningrad et dans la partie orientale du golfe de Finlande seraient modifiées.

Une mesure nécessaire selon le ministère russe de la Défense, qui devrait entrer en vigueur en janvier 2025, car les coordonnées géographiques établies à la fin du XXe siècle « ne correspondent pas pleinement à la situation géographique actuelle ».

« Le Kremlin aurait apparemment démenti » entre temps, mais « quoiqu'il en soit, il semble que ce soit un nouvel exemple de la manière perfide dont Poutine mène une guerre hybride », avait alors fustigé le ministre allemand de la Défense, Boris Pistorius, à ce moment en visite en Lituanie.

De son côté, le ministre lituanien des Affaires étrangères, Gabrielius Landsbergis, avait dénoncé « une escalade évidente contre l'Otan et l'UE, qui doit faire l'objet d'une réponse ferme et appropriée ».

Lire aussiÉlargissement des frontières maritimes russes : la Finlande et la Lituanie montent au créneau après l'annonce de Moscou

Muraille de drones

Dans ce contexte et pour défendre leurs frontières contre les « provocations » de la Russie, les six pays membres de l'Otan voisins de Moscou sont tombés d'accord fin mai pour ériger une « muraille de drones ». « Il s'agit d'une chose complètement nouvelle, une muraille de drones s'étendant de la Norvège à la Pologne. L'objectif est d'utiliser des drones et d'autres technologies pour protéger nos frontières », a déclaré à l'agence de presse BNS la ministre lituanienne de l'Intérieur Agne Bilotaite.

Outre la Lituanie, il s'agit des États baltes, de l'Estonie, de la Lettonie, de la Finlande, de la Norvège et de la Pologne. « Il ne s'agit pas seulement d'infrastructures physiques, de systèmes de surveillance, mais aussi de drones et d'autres technologies, qui nous permettraient de nous protéger contre les provocations de pays hostiles et d'empêcher la contrebande », a ajouté la ministre.

Outre le déploiement de drones pour surveiller la frontière, ces pays utiliseraient des systèmes pour intercepter les drones ennemis. La ministre n'a pas donné de calendrier pour ce projet, approuvé en raison des préoccupations actuelles en matière de sécurité dans la région.

(Avec AFP)

2024-06-11T07:55:39Z dg43tfdfdgfd